Web télé associative, participative, d’éducation populaire

Accueil > Vivre > La Microscopique

La Microscopique

- lundi 9 octobre 2017, par Invité-e-s de Parlem TV

CE DOCUMENTAIRE d’une heure, réalisé par Claire Ananos, est un montage confectionné à partir de la quarantaine de films tournée entre 2012 et 2015 à Arette (Pyrénées-Atlantiques). Mis bout à bout, ces films représentent 5-6h de projection !

"Lorsque la mairie d’Arette m’a demandé de préparer une soirée autour de la microscopique pour fin août 2017, je pensais d’abord faire une sélection parmi les 40 films réalisés jusqu’ici.
Assez vite, il s’est avéré que non seulement je ne savais pas pourquoi privilégier un film plutôt qu’un autre, mais aussi j’avais envie de tenter autre chose en me replongeant dans le projet d’origine... car je ne suis plus la même qu’en 2012.

J’ai donc repris chaque film pour tisser une sorte de traversée dans le village. C’était une approche différente de la même matière, un travail sur le rythme de chaque scène qu’il fallait insérer dans une continuité plus longue.
La construction générale de ce documentaire avance par associations d’idées ou par progression géographique à l’intérieur du village.

J’ai beaucoup aimé me réapproprier autrement toute cette matière pour revivre autre chose avec elle, j’espère que vous partagerez ce plaisir à votre tour même si vous n’êtes pas un habitant d’Arette.
Cela me plairait d’ailleurs de savoir ce qui vous parle...

Le projet est voué à se poursuivre à Arette et ailleurs, là où l’occasion se présentera car le questionnement initial est toujours très présent en moi et me paraît être une source inépuisable de connaissance de l’être humain (mon sujet de prédilection, celui qui m’apprend toujours plus).

Vous pouvez retrouver chaque film sur le site www.lamicroscopique.fr et visionner aussi ceux qui ont été réalisés à Bagnols-sur-Cèze, Flobecq et Saint-Denis. Pour les deux derniers territoires (Flobecq et Saint-Denis), le questionnement était le même mais le contexte de réalisation très différent. Tout est expliqué sur le site de la microscopique si vous voulez en savoir plus. Où vous pouvez aussi laisser vos commentaires que je me ferai un plaisir de découvrir."

JPEG - 593.8 ko
La carte des protagonistes sur Arette en 2012

LA MICROSCOPIQUE

C’est un projet qui a débuté en 2012.

Ce projet a pour « raison de vivre », « terrain de recherche », un questionnement :
Comment chacun habite un lieu et comment ce lieu nous habite.

C’est en menant le projet dans 4 lieux différents (à ce jour) que l’on peut appréhender la pertinence de ce questionnement. En effet, le projet a été mené à Arette, Bagnols-sur-Cèze, Flobecq (Belgique) et Saint-Denis. Cela me paraît intéressant de voir se dessiner les caractéristiques de chaque lieu et leurs répercussions sur la vie des habitants, leurs différences, leurs convergences,...
Par exemple, à Arette -où un séisme a eu lieu en 1967-, le rapport des Arettois à leur habitation est toujours lié au tremblement de terre, à une conception « fragile » de sa maison, pendant qu’à Bagnols-sur-Cèze, les personnes filmées évoquent leur demeure datant du XVIème siècle...

Ma recherche autour de ce questionnement se fait à travers des films de durée et réalisation très libres et variables. Les durées des films oscillent entre 1et 20 minutes, en fonction des sujets, des envies, de là où le vent me mène...
Et ces films ont une vitrine qui est essentiellement un site internet créé pour accompagner le projet.

LA MICROSCOPIQUE EST UNE TÉLÉVISION DE CRÉATION DOCUMENTAIRE À ÉCHELLE MICROSCOPIQUE.

TÉLÉVISION parce qu’il y a l’envie de créer un rendez-vous quotidien avec les habitants du lieu filmé.

Sur Arette, entre 2012 et 2015, une quarantaine de films ont été réalisés. Mais la majorité de ces films a été faite durant 15 jours (intensifs) durant l’été 2012.
A l’époque, le rendez-vous quotidien avait lieu exclusivement via le site internet.
J’avais aussi l’envie de créer des rendez-vous « sauvages », en plein air, sur la place du village, tous les soirs. Mais étant seule à mener le projet, à tourner, monter, mettre en ligne, il s’est avéré trop complexe d’organiser ces soirées de projection.
Lorsque j’ai mené le projet à Bagnols-sur-Cèze, dans le cadre d’une résidence de création, nous avons pu organiser des projections dans la ville et cela s’est avéré une bonne idée. Dans le sens où les films permettaient aux habitants d’échanger sur leur lieu de vie, de s’interroger, de voir autrement leur territoire, de s’arrêter dessus.

CRÉATION DOCUMENTAIRE parce que, contrairement à une démarche journalistique, je ne cherche pas seulement à délivrer de l’information. En fait, je cherche surtout à créer la rencontre, une mise en relation entre des êtres humains (celle qui filme, ceux qui sont filmés, ceux qui regardent les films,...).

Je ne vise pas non plus une objectivité ou neutralité du regard. J’opte plutôt pour un point de vue de réalisation, une subjectivité assumée qui permet une liberté de traitement, une recherche formelle aussi où le fond me donne la forme audiovisuelle, comment montrer et dire...

De plus, j’aime la complexité du réel et j’aime conserver les zones de flou qui le caractérisent. S’en tenir à délivrer de l’information amène parfois à caricaturer un peu le réel pour le rendre compréhensible et simple. Je préfère conserver la complexité du réel quitte à ne pas être totalement compréhensible.

Enfin, en création documentaire, on s’accorde le luxe d’avoir le temps. Le temps de la réalisation, du tournage, du montage, de la réflexion. Il n’y a pas d’urgence, pas d’obligation de coller à l’actualité, on peut donc prendre du recul par rapport à ce qu’on fait.

À ECHELLE MICROSCOPIQUE parce que j’ai un caractère à voir du merveilleux dans les moindres petites choses. Mon choix des sujets à filmer n’est pas guidé par ce qu’on appelle communément ” un sujet ”, quelque chose qui serait forcément original, exceptionnel, une actualité à chaud. Je fais la démarche inverse : je perçois de l’exceptionnel dans le quotidien.

Choisir un territoire circonscrit c’est pouvoir concentrer son regard, développer une attention très précise et pointue sur ce lieu-là pour en extraire toute sa richesse.

De cette richesse mise à jour au niveau local, je pense qu’il est possible d’ouvrir des voies vers du global, commun à tous les êtres humains.

Arette

Dans cette version, j’ai enlevé l’intro de mon film de fin d’études de 1997 avec la voix de mon grand-père, parce que pour des gens qui ne sont pas d’Arette, ça avait moins de sens amené comme ça.

Par contre mon grand-père est très lié à ce projet, surtout sur la partie Arette
alors je te mets une photo de lui, même s’il n’est pas dans le film sans doute aussi parce qu’il est en train de partir et que ça me fait du bien de voir cette photo où il a le regard ferme et en bonne santé.

- Claire Ananos -

JPEG - 2.6 Mo
-->

Vos commentaires

  • Le 5 novembre à 10:21, par Webmestre En réponse à : La Microscopique

    Celui qui a donné l’idée à Claire de débuter la microscopique à Arette, Paul Pourrillou, son grand-père et parrain est parti le 22 octobre 2017.

    Pour lui rendre hommage Claire a mis en ligne son film réalisé en 1997 :
    « Baptiste, le soleil et la lune »
    Il était le personnage principal de ce film avec le comédien Laurent Deville.
    C’était mon premier long film, il a une foultitude de défauts de débutante, mais les personnes filmées sont bien là, dans leur sincérité et engagement. Lorsque Parrain vivait encore chez lui, il me demandait de lui mettre la cassette vhs de ce film et nous le re-re-re-regardions ensemble…
    Pour le voir c’est sur le site de la microscopique :
    http://www.lamicroscopique.fr/2017/10/parrain/

Ecrire un commentaire, laisser un message ?

modération a priori

Attention, pour éviter les spams les messages sont relus avant publication par le webmestre.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Projection du documentaire "De feuilles, d’herbe et de paille… De huelhas, d’èrba e de palha…"

Mercredi 8 novembre à 20h30 au cinéma de Nogaro projection du documentaire "De feuilles, d’herbe et de paille… De huelhas, d’èrba e de palha…", réalisé par Jean-Luc Galvan, coproduit par le Conseil Départemental du Gers et Parlem TV.
Suite...

Sélection du jour

L’eau, un bien commun ?

Vidéo en deux parties du plateau télé en public sur l’eau, réalisé par Parlem TV le 17 octobre 2017 à Nogaro.
Suite...

Actualités :

Communiqués :

| | | SPIP