Web télé associative, participative, d’éducation populaire

Accueil > Patrimoine > La route de la transhumance

La route de la transhumance

La route de la transhumance

- samedi 8 mars 2014, par Gilles Dréanic

Depuis l’an 2000, Stéphane Iriberri avec son troupeau de brebis, après avoir passé l’été dans les montagnes d’Estaing, emprunte pour rentrer chez lui, à pied, les chemins tracés jusqu’en 1950 par les Cadets, bergers montagnards en charge du troupeau familial. Suivons-les durant quelques étapes, notamment à Perchède, Le Houga, Mormès, Toujouse… Durée : 35mn.

Après plusieurs mois d’estive, les bergers descendaient en septembre-octobre vers la plaine, pour une longue transhumance hivernale ou transhumance béarnaise. Les troupeaux issus des vallées d’Aspe, d’Ossau, les troupeaux du Lavedan(Ferrière), du val d’Azun (Aucun-Marsous-Arrens) et qui descendaient par St Pé, Soumoulou, Angaïs, Ousse (Chemin d’Henri IV) se rejoignaient dans les plaines béarnaises jusqu’à Morlaàs et en particulier dans la plaine du Pont-Long (6 à 8 km de large entre Sendets et Uzein).

Mais les relations entre « bergers sans terre » et autochtones n’ont pas été simples : la querelle du Pont-Long a duré 7 siècles ! Ces relations tendues, le « guidonnage » (droit de passage), les locations des pâturages, prohibitifs, font que les bergers s’engagent de plus en plus loin, dans les Landes, le Gers, le Lot et Garonne et la région bordelaise jusqu’aux confins du département de la Gironde et même au-delà. Le fumier de brebis est un excellent engrais naturel pour les vignes et la vente des produits du troupeau (agneaux, lait, fromage, laine, peaux) est facilitée par la proximité de grosses bourgades.

Tous ces villages, que le Berger et son troupeau de 340 brebis vont traverser pendant 3 semaines en parcourant près de 340 kms, ont une histoire sur la route de ces transhumances qui furent une très importante réalité économique, sociale et culturelle pendant des siècles.

Vos commentaires

  • Le 2 avril 2015 à 19:15, par Colinmaire En réponse à : La route de la transhumance

    Je souhaiterais accompagner les berger et les bêtes sur trois jours,terminant par Houga,dans ma famille.
    Est ce possible ??
    Pouvez vous m,indiquer les modalités d,engagement et les dates de SEPTEMBRE.
    Merci d’avance : marc COLINMAIRE.


    cmarc95@gmail.com

Ecrire un commentaire, laisser un message ?

modération a priori

Attention, pour éviter les spams les messages sont relus avant publication par le webmestre.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Participez à l’aventure Passeurs d’images !

Vous avez entre 12 et 14 ans ou vous êtes retraité.e, nous vous proposons de septembre à novembre de vous initier au cinéma, d’écrire un scénario collectivement et de tourner un court-métrage. C’est gratuit. Un film qui sera diffusé au cinéma de Nogaro. Toutes les infos ici (explication, planning, but...) et un formulaire (...)
Suite...

Sélection du jour

Résidence culturelle en Bas Armagnac

Du 23 avril au 15 juin 2018, le territoire de la CCBA accueillait Lucie Boulay, de la Compagnie Le Grand Raymond, de Toulouse, en résidence autour des arts du cirque.
Suite...

Actualités :

  • Ecofête de Perchède 2018

    Cette 8éme édition de l’écofête à Perchède (Gers) était organisée par la toute nouvelle association PIMAO.
    Suite...
  • Ballade(S) Funambule(S)

    Le 15 juin 2018 se clôturait la résidence artistique de Lucie Boulay (Cie Le Grand Raymond) sur le territoire de la Communauté de communes du Bas-Armagnac par une grande funambulation autour et (...)
    Suite...
  • Le mouvement des foyers ruraux

    La Fédération des Foyers Ruraux du Gers et le Foyer Rural de Margouët-Meymes se sont inscrits dans le projet TOTAL FESTUM 2018 et ont organisé une journée de "Rencontres Gasconnes à Margouët". (...)
    Suite...
  • Des actions contre le gaspillage alimentaire

    Ce film de Parlem TV, à l’initiative d’élu.e.s du CDJ32, présente les actions menées contre le gaspillage alimentaire dans les cantines des collège gersois impulsées et aidées par le conseil (...)
    Suite...
  • Emmanuelle FAVIER, Prix jeune mousquetaire 2018

    Emmanuelle FAVIER est la lauréate du Prix jeune mousquetaire 2018 pour son roman "Le Courage qu’il faut aux rivières" (Albin Michel).
    Suite...

Communiqués :

| | | SPIP